Plantes invasives

Attention danger

Berce du Caucase

Depuis plusieurs années, on assiste dans la nature à une prolifération de plantes dites invasives.  Celles-ci réprésentent un réel danger pour notre faune et flore indigénes : par leur caractère particulièrement envahissant, elles étouffent toute vie végétale autour d'elles.  La berce du Caucase est l'exemple type de la plante invasive.  Fréquemment plantée tant pour son intérêt ornemental que pour ses qualités méllifères, celle-ci est en forte progression chez nous.  De récentes études ont pourtant démontré la mauvaise qualité du miel produit à partir de ces plants.  Plutôt que de planter des berces du Caucase, préférez la Berce commune, la carotte sauvage ou l'angélique tout aussi prisée par nos butineurs.  Souvent confondue avec la Berce commune, la Berce du Caucase se révèle excessivement dangereuse ! 

 

brulures sur un bras avec la berce du caucase En effet, celle-ci sous l'effet du soleil, provoque de très graves brûlures allant jusqu'au 3ème degré.  Il est donc impératif de procéder à son éradication totale dans lesplus brefs délais étant donné le nombre de semences que celle-ci peut libérer dans la nature (20.000 graines!).  Si vous observez ce type de Berce, n'hésitez pas à nous contacter, nous vous donnerons les conseils adéquats.  Il existe également un site internet www.wallonie.be/berce, sur lequel vous pouvez signaler la présence de cette plante.  Surtout ne manipulez pas cette plante à mains nues !!  Afin d'interdire cette plante dans les jardins et de procéder à son élimination définitive, une modification au règlement de police actuel est en cours.

Plus d'informations dans le dépliant

Renouée du Japonrenouée du japon

Importée initialement comme plante ornementale et melifère, la Renouée du Japon ou Fallopia Japonica présente un caracère particulièrement envahissant.  Capable de secréter au niveau de ses racines de puissantes toxines, elle empoisonne la végétation en place et colonise en quelques saisons de très larges surfaces.  Par ses puissants rhizones (racines), la plante a la capacité de s'enfoncer dans le sol jusqu'à 7m de profondeur !

On a longtemps pensé qu'une fauche intensive de la partie aérienne de la plante permettait de l'épuiser mais il n'en est rien.  Cette technique multiplie en fait son potentiel d'expension.

Alors que faire ? Vous découvrez un jeune massif dans votre jardin (moins de 2m2 : creuser une large et profonde fosse autour de la plante et procéder à l'extraction de la souche et de la tige le plus profondément possible.  Attention à bien ôter tout tronçon de racine, tige et tout autre partie de la plante : 1 cm3 de racine ou de tige suffit à recréer un massif en quelques années.  Si possible, éliminer la plante via les ordures ménagères ou par incinération, jamais par compostage ni emmenée au parc à conteneur.  Ne jamais déplacer ou réutiliser ailleurs la terre située à proximité d'un massif de Renouée du Japon.  Surveiller la zone contaminée régulièrement et replantez-y des arbustes indigènes à développement rapide : cornus, noisetier, charme, saule ...

Vous avez un massif déjà bien développé (supérieur à 2 m2) : il est primordial d'agir rapidement dès la découverte de petits foyers car à ce jour, il n'existe aucune méthode de lutte vraiment efficace.  En cas de fort envahissement et si cela est encore possible, il est impératif de replanter autour du massif et de façon dense, arbres et arbustes à fort pouvoir ombrageant tels que : cornouiller, noisetier, saule, hêtr, frêne ...

Affectionnant particulièrement les berges humides, cette plante constitue une grave menace pour notre biodiversité.

Actions sur le document